Avoir une bouteille de ce vin ?pas simple et pas donné. Le succés de la bande dessiné « Les ignorants » qui dresse le portrait intime et scincère d’un vigneron de Loire a beaucoup contribué à mettre en avant ce vigneron. Moi aussi je l’ai découvert par la BD. L’histoire et le dessin m’ont séduis. J’ai eu logiquement une envie folle de déguster ses 2 vins blancs. Pour être honnête lorsque l’on cherche une bouteille de vin précise à Paris c’est un peu le parcours du combattant: il faut s’armer de patience et bien s’organiser.

Règle n°1: ne jamais croire que tous les cavistes auront la quille: prendre son téléphone et demander avant d’y aller. A défaut, la science du caviste et de vous répondre: « je n’ai pas celui-là mais en revanche j’ai plusieurs vins de Loire qui pourraient vous plaire« … NON NON NON là on ne cherche pas la surprise, on cherche une réponse: vous l’avez ou pas ? Non ? alors on passe au suivant.

Règle n°2: ne jamais croire le site internet du caviste: souvent la gestion du site web est délocalisée sur une plateforme en dehors de Paris pour faciliter les envois de commande. Ou bien pire encore, si le caviste n’a pas fait cela, il est possible qu’il ne mette pas à jour sa base de données web. Là encore le téléphone est la meilleure arme pour ne pas perdre de temps dans des trajets inutiles.

Règle n°3: vous avez enfin trouvé votre vin ? Magnifique!! Pas sûr car le caviste risque de vous dire: « Je ne peux vous en vendre qu’une seule ». Oui vous lisez bien j’ai écrit Uno/One/Una/Solo…. car le gars ne souhaite pas en vendre plus. Et oui nous sommes en 2016 et le monde du vin est resté sur une approche assez particulière de la vente: il sélectionne ses clients et ne souhaite pas tout donner à un seul. La réalité de cela est ce que l’on appelle les « allocations »: en amont le vigneron fait pareil il sélectionne les cavistes avec lesquels il souhaite travailler et leur donne des petites quantités (parfois, il peut arriver qu’il donne rien). Un bon caviste passe son temps à courir après les bons vignerons pour être sûr d’avoir son allocation. Alors vous comprenez que vous (petit lecteur d’une bande dessiné) il est quasiment impossible qu’il ait la moindre considération pour votre gourmandise et qu’il accepte de récompenser votre travail de fourmi d’avoir enfin trouvé un p… de caviste qui aurait des quilles de Richard Leroy en vous donnant la possibilité d’en avoir 3….

Verdict: pour ma part j’ai trouvé ce vin chez Augé caviste incontournable de Paris (mais qui n’a pas toujours toutes les quilles: par exemple, il n’a jamais de vins de chez Jacky Blot) et j’ai eu la chance qu’il m’en vende 2 (« Les Rouliers » déjà bu ici et son autre vin donc « Les Noels de Montbenault »). J’ai beaucoup aimé ce vin il a un peu plus d’amplitude et de longueur que « les Rouliers » avec en plus une belle pointe d’austérité qui lui va bien et lui donne un peu plus noblesse. Tout ce que j’aime dans le cépage chenin.