Un Meursault, un Condrieu ? Si vous demandez à n’importe quel sommelier (honnête), il vous répondra: de l’eau. L’aspèrge blanche est difficile à marier. Son goût est tellement atypique qu’il faut faire preuve d’ingéniosité pour servir autre chose qu’un bon « Chateau La Pompe ».

Et c’est encore pire avec l’asperge verte… Là c’est un vrai défi pour lequel Enrico Bernardo Meilleur Sommelier du monde vous répond ici.

Tout est dans l’accompagnement. Mon truc c’est que j’adore manger les aspèrges blanches lorsqu’elles sont sorties du « cuit-vapeur » depuis 10 minutes et qu’elles sont encore tièdes. Je mélange un peu d’huile d’olive et du vinaigre de vin (pas du balsamique) et j’ajoute un peu d’ail. Avec ce mélange l’aspège n’est plus seul et l’association vinaigre/ail/huile d’olive me pousse vers un Morgon de chez Foillard.

Je ne dis pas que c’est parfait, mais cette association fonctionne. Si vous essayez avec autre chose (un Bordeaux, Un Bourgogne, un pinot noir d’Alsace)…ça ne fonctionne pas, alors que le Morgon est vraiment dans le ton: un peu léger (100% gamay) avec des pointes de nervosité quand même.

 Jean Foillard     

 Le Clachet 69910 Villié-Morgon

 04 74 04 24 97

Ils semble qu’il y ait aussi une chambre d’hôtes:

http://www.leclachet-foillard.com/