Superbe accueil au chateau La Dominique pour la dégustation privée (25 euros par personne). Pendant 2h, avons eu la visite complète du domaine avec des explications précises et ensuite une dégustation dans la cave personnelle de M. Fayat.

IMG_3990

IMG_3995

Pour être franc et direct je n’ai pas trop aimé ni le Haut-Médoc ni le Pomerol, pas bien équilibré en bouche avec des appuis qui n’étaient pas à mon goût. Pour les 2 Saint-Emilion c’est un peu plus compliqué: pour le 2007 je pense qu’il aurait pu être magnifique s’il avait conservé tout ce qu’il avait au nez. Car ce vin avait un nez vraiment magique: puissant, soyeux, équilibré… j’ai adoré le sentir… Mais malheureusement, en bouche il n’avait pas autant de charme: assez court et avec des amers trop prononcés à mon goût. Quel dommage car il aurait pu être maginifique. Pour le 2012 les choses sont moins exhubérantes, beaucoup de rondeurs de longueur, de finesse. C’était vraiment mieux.

Ensuite, on est passé à table et parmi les 300 vins à la carte (dont quelques vins de Bourgogne quand même), on m’a laissé la difficile tache de sélectionner les vins.

Saint Emilion Le « D » de Dassault 2008

Je peux quand même dire que je connais bien ce domaine puisqu’il y a 3 ans j’avais pu déguster une horizontale de leur vins de 1999 à 2008 en présence de Laurence Brun, la chef de cave. D’ailleurs 2008 était une année assez significative pour eux puisque domaine avait demandé au chef du restaurant « Apicius » d’assembler ce millésime dans une cuvée spéciale la cuvée « Jean-Pierre VIGATO ». Il y a donc cette année-là 2 cuvées Château DASSAULT.(voir mon post précédent ici). Mais, je n’avais jamais dégusté leur second vin.

Verdict : malgré un nez simple et accessible, le 1er verre m’a paru assez fermé et nerveux, on a pris la sage décision de le carafer et je ne regrette pas ce choix. Ensuite, tout s’est très bien passé le parcours en bouche était ample avec de la longueur, les tannins étaient présents mais un peu en retrait comme s’il n’avait plus beaucoup de force. Je pense qu’il était parfait maintenant et que si vous avez la chance d’en avoir en cave, il serait temps de les boire.

Saint-Estèphe Frank Phélan 2011

J’ai toujours de bon souvenirs des vins de l’appellation Saint-Estèphe est-ce parce qu’il s’agit d’une petite appellation du nord de Bordeaux juste au dessus de Pauillac et en bord du fleuve.

Ce vin est arrivé après le « D » de Dassault avec une approche complètement différente. Beaucoup plus doux, plus rond, plus discret. Il a joué sa partition sur la finesse et la longueur. Je n’avais pas gardé ce souvenir des vins de Saint Estèphe. On dirait qu’ils « Bourguignognent». est-ce une signature de ce 2nd vin du Château Phélan-Ségur ? Est-ce qu’il y a un effet millésime dans cette appellation ? Je vais creuser la question. Sur mon entrecôte l’association était (trop) parfaite ; mais j’aurais aimé un tout petit peu plus de nervosité en bouche pour contrebalancer la délicieuse pièce de bœuf.

Dejabu au restaurant du Chateau avec :

Cochonaille dans la pure tradition « bordelaise ».

Entrecôte  (450g) et pommes de terres grenailles.

Adresse du restaurant: http://www.laterrasserouge.com

http://chateau-clementpichon.com

http://chateau-fayat.com

http://chateau-ladominique.com

SuperScreenshot 2016-4-13 22-26-58

Cliquez sur l’image pour avoir ne petite vidéo de la journée.