L’erreur est humaine, nous le savons tous et ce n’est pas moi qui dirais le contraire, vu le nombre de « coquilles » sur mon blog. Mais, avouez que l’histoire est drôle. Il y a quelques temps, lors d’un voyage presse organisé par les vins d’Alsace, nous étions 9 à avoir eu la chance de déguster l’intégralité des vins de chez Réné Muré un vigneron que j’adore (déjabu ici). Mais, je n’avais jamais eu l’occasion de déguster tous ces vins (super logique). Une vraie chance pour moi, jeune passionné de l’Alsace et tout excité à l’idée de le faire entouré de gens dont c’est le métier.

En réalité, il était 10h30 et compte tenu du timing, il fallait « s’enquiller » 15 vins en moins d’1h30. Je comprends mieux pourquoi les pros étaient dès le petit déjeuner à l’hôtel en mode omelette + saucisses + fromages….. Il fallait préparer son palais à un tel exercice matinal. Pour ma part, petit déjeuner classique: croissant + café + confiture: fatale une erreur de débutant.

20151014_073955198_iOS

Vue depuis l’une des terrasses du Chateau D’isenbourg (5 étoiles) où nous avons dormi.

Heureusement c’était du blanc à 75% et surtout on était là pour goûter (un peu), noter (ce que l’on peut) puis, surtout recracher!!!!

IMG_5103

Arrive le 13ème vin: Un muscat vendanges Tardives « Clos Saint Landelin ». Il est dit tardif car le vigneron prend le risque de vendanger plus de 15 jours après ses autres récoltes (Riesling, Pinot noir, Sylvaner etc…). Il peut donc subir les aléas de la météo sur des raisins assez fragiles puisque déjà bien mûrs. Pour 2011, la vendange était plutôt autour de la 1ère moitié d’Octobre. Et bien sûr pour ceux qui ont déjà bu un Muscat « Vendanges Tardives », il y a des saveurs absolument inégalables avec de notes de fruits confits, ambrés, puissants et hyper aromatiques…..

Sauf que voilà: ce 13ème vin était bouchonné. En face de moi une journaliste sent le verre qu’on vient de lui servir, ses yeux marquent la surprise, elle arrête de respirer et dit sans appel: « il est bouchonné ». La vigneronne arrive sent le même verre, puis prend une gorgée d’un autre verreil n’y a pas de débat: il est bel et bien bouchonné. Pour ma part, je ne l’aurais pas deviné, il y avait bien un nez qui partait vers le « white spirit » mais sans pour autant que ce soit significatif.

C’est un métier de déguster les vins… mais il y aussi des « débutants » parmi les pros.

L’un des journalistes était parti faire quelques photos et il revient s’assoir à la table: il sent son verre: « Ah le Muscat c’est mon vin préféré » puis il goûte « ces saveurs de miel sont toujours aussi incroyable« … La vigneronne arrive et apporte une autre muscat: « En fait, il est bouchonné« …

Un ange passe…. 

 

http://www.grandesetapes.com/chateau-hotel-isenbourg-alsace

http://www.mure.com/fr/

IMG_5087