Lorsqu’un sommelier vous proposera une Côte Rôtie posez-lui la question suivante : Elle est comment votre côte rotie ? Blonde ou Brune ?

 

 

Il y a sur ces terres dites, septentrionales de l’appellation côte du Rhône, le long du fleuve, deux styles de Côte Rôtie : la Côte « blonde » qui a plus de finesse et la Côte « brune » qui a plus de corps. Bien sûr cela ne change rien aux cépages des vins de cette appellation, quasi exclusivement syrah (un peu de Viognier est autorisé dès lors qu’il ne dépasse pas 20%), ni au bénéfice de son exposition plein sud pour toute les vignes. Du fait d’un massif abrupte, les raisins poussent sur des terrasses en escalier comme un grand amphithéâtre autour du village d’Ampuis. Mais, du fait de la nature du sol, les terrasses sont plus larges sur la Côte « brune » car la terre y est moins friable.

Mais la vraie différence se situe (comme souvent) dans la terre. Le sol de la Côte « blonde » est principalement composé de sables argileux très friable, de couleur claire avec beaucoup de silices (minéral fait de silicium et d’oxygène) alors que celui de la Côte « brune » lui aussi est argileux mais beaucoup plus dense et de couleur sombre plus riche en fer mais avec moins en silice. Ce sont ces éléments qui peuvent contribuer à expliquer cette différence.

Verdict : le nez est magnifique et puissant, quelle amplitude en bouche !!! C’est un vin qui prend toute la place dans le palais avec une longueur et une intensité. Pour ma part, je n’ai pas pu savoir si ce vin était issu de la Côte « blonde » ou « brune », car cela n’était pas indiqué. Il est possible qu’il soit d’assemblage des 2 côtes ? A suivre pour une prochain épisode pour vérifier ce point : il doit bien y avoir un vigneron qui produise un vin sur chaque.