Faire une synthèse de ce que j’ai pu comprendre sur les vins d’Alsace est exercice délicat que je redoute depuis longtemps. Mais, en grand fan de vins blancs, il m’était difficile de passer à côté de la seule région française qui a le cépage Riesling dans son AOC.

Riesling Roi des Rois ?

« Le Riesling est, avec le Sylvaner, le cépage le plus tardif des variétés alsaciennes. Il a besoin de nuits fraîches pour achever sa maturité (…). Ce cépage n’a pas son pareil pour faire parler le terroir (…)». source : http://www.vinsalsace.com

C’est surtout mon cépage préféré notamment parce qu’il arrive discrétement à faire parcourir une palette de sensations en bouche difficile à retrouver dans un seul vin: au nez des parfums légers, en bouche des saveurs iodées ou d’agrumes confits tout en restant nerveux…Bref, un raisin capable de faire le grand écart.

jean-claude-vandamme-fait-le-grand-ecart-entre-deux-camions

Le Riesling pour moi fait le grand écart entre des sensations acides et douces, sucrées et salées… il fait comme JCVD.

L’infini richesse du terroir d’Alsace

Vignoble de 100km tout en longueur les meilleures vignes sont en altitude (entre 100 et 450m) sur les coteaux avec de bonnes expositions. Le soleil est bien présent (1600h de soleil par an) surtout d’avril à septembre. Un élément différenciant : le brouillard qui se pose sur les villes et les plaines mais laisse les collines en plein soleil. Le peu de vent qu’il y a (9km/h en moyenne), draine l’air froid nocturne des vallées vers la plaine.

Bizarrement, l’Alsace n’a que 30 jours de neige par an et de faibles pluies (700mm). Moi qu’imaginais l’Alsace comme un pays frigorifique…Mais, comme toujours dans le monde du vin, la vraie richesse de l’Alsace est l’extrême diversité des sols.

Et ma démarche ici est de tenter de savoir quel est le terroir d’Alsace qui me plait le plus. Je pense qu’en se concentrant sur: 

  • 1 millésime,
  • 1 cépage,
  • 1 vigneron (sous entendu une vinification identique),

je vais arriver à répondre à cette question.

Mais, cela part d’un postulat: il y a un lien évident entre le sol qui fait pousser les raisins et le goût du vin que l’on déguste. Est-ce si sûr ? René Morlat  (Directeur de recherches à l’INRA) dans son livre « Traité de viticulture de terroir »(ici) arrive à la conclusion suivante:

« …, en dehors des situations de carences qui sont de plus en plus rares, aucun rôle significatif ne semble devoir être accordé aux facteurs chimiques des sols, comme des roches, dans l’effet terroir influençant les vins. En conséquence, certaines idées selon lesquelles le goût du vin proviendrait des éléments minéraux et oligoéléments absorbés par les racines, sont à mettre en doute. »

Ouuuuh !!! c’est pas simple de dire le contraire!!!

Le sol a une influence sur la couleur du vin, ses arômes, sa puissance ou sa finesse. Mais ce n’est pas le seul élément: comme le disait une fois David Cobbolt dans l’émission inVino BFM « on peut me donner un stradivarius, cela ne fera pas de moi un virtuose du violon« . Il faut des hommes capables de manier cette terre et ses raisins afin qu’une fois en bouteille, on retrouve tout cet éco-système dans notre verre….

Les 51 Grands Crus d’Alsace

Ces lieux dits d’exception (de 3 à 80 hectares), fêtent cette année leur 40 ans. Les Grands Crus d’Alsace représentent une production annuelle moyenne de 4% de l’ensemble des vins de la région. Ces AOC sont soumises aux règles de production les plus strictes avec comme objectif de faire les meilleurs vins possibles sur le millésime(Cahier des charges de l’Appellation Grands Crus Ici). Pour ma part, j’ai eu accès à 7 grands crus.

Le millésime 2013

« Un hiver et un printemps frais, mais surtout très humides, les mois de juillet et d’août furent marqués par de très fortes chaleurs provoquant par endroits des situations de stress hydrique. En septembre, les vignes présentaient un état sanitaire globalement satisfaisant et les vendanges de septembre ont eu des conditions idéales. Mais, le riesling étant récolté plus tardivement (7 octobre), il a subi une météo pluvieuse. Les acidités très élevées au départ ont pu régresser tout en restant favorables à la vivacité des vins ». Plus d’informations sur le communiqué officiel du Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace ici.

Quelques précisions pour mes lecteurs: lors d’une invitation presse (ici) j’ai rencontré la Maison Biecher-Schaal qui s’est présenté avec une approche séduisante de l’Alsace. Cette maison a 6 Riesling, tous en appellation Grands Crus, sur 6 terroirs différents. Alors, j’ai gentiment demandé s’il était possible de les tester sur le même millésime. C’est donc à ma demande que j’ai reçu par la poste 6 Riesling et 1 Gewurtztraminer 2013. J’ai gentiment reçu quelques autres quilles sur le millésime 2014 (histoires à suivre).

Les conditions de la dégustation : Une bonne dégustation se fait toujours avec des amis et une bonne table. J’ai dans mon entourage de 6 grands amateurs de vins blancs au palais affuté. Pour la cuisine, c’est Monsieur Pierre l’apiculteur et son fils qui étaient aux platines. Pour le reste, nous avons respecté l’ordre de dégustation proposé par la maison Biecher & Schaal qui se résume ainsi : du plus fermé au plus ouvert.

#1 GRAND CRU SCHOENENBOURG. Un vin assez simple dans son approche plutôt gentil et accessible avec des notes iodées.

800px-Descending_into_Riquewihr_through_vineyards

Le village de RIQUEWIHR depuis les parcelles du grand cru. Source http://www.europealacarte.co.uk

La particularité de ce grand cru, est d’abord son orientation sud/sud-est puis, l’association d’un sol léger et d’un sous-sol argileux-marneux, riche en éléments fertilisants (azote, phosphate, potassium), ayant une bonne rétention en eau (attention aux années « pluvieuses » où le trop d’eau risque de ne pas s’évacuer). Verdict:Nous l’avions carafé mais, les sensations sont assez simples et accessibles. En bouche, je n’ai pas beaucoup d’amplitude mais une belle acidité avec quelques notes iodées qui occupe tout le palais.

En conclusion: un vin assez simple avec un peu d’acidité.

A suivre demain pour la bouteille n°2

http://www.biecher-schaal.com