IMG_4612

« Des fournisseurs triés sur le volet, beaucoup de fraîcheur et d’aisance, de la passion et même un peu de malice, mais toujours de la précision et de la justesse: mené par le jeune Bertrand Grébaut, Septime symbolise le meilleur de cette nouvelle génération de tables parisiennes à la fois très branchées et… très épicuriennes ! » (Source: Guide Michelin (ici).

C’est toujours aussi étrange d’aller déjeuner dans les restaurants les plus en vue de Paris. L’ambiance y est vraiment électrique. Bizarrement, ce sont les clients qui ont l’air stréssé. On y croise une population complètement en lévitation: je garde mes lunettes de soleil pendant tout le repas, je porte une cravate sortie directement « LA Confidential« , je parle évidement anglais avec un accent exceptionnel… Et si possible entre chaque plat j’échange avec mes amis sur whatsapp, Facebook, twitter. Une chance, je n’ai pas vu de canne à Selfie.

« oh my God », « It was amazing », « yes this cheese is from south of France, not so far from Bordeaux », « I will inform the chef about your allergy ». Bref, je ne vais pas vous parler des plats, de la décoration, du service car d’autres le feront beaucoup mieux que moi. Mon truc, vous le savez, c’est le vin.

Coup de gueule: carte des vins immense et riche mais vins au verre limités.

A la carte concernant les vins français, on sait de suite que le Sommelier adore les vins natures: En blanc, Fred Cossard (déjà bu ici et ), Yann Durieux (très rare mais trop cher déjà bu ici) et plus encore avec une possibilité de boire un Bourgogne de Julien Alterber (rare), Dominique Belluard (déjà bu ici) ; puis la bonne surprise d’avoir une quille de chez Riberach (déjà bu ici). En rouge c’est plus classique mais avec de superbes références: René Mosse en Pays de Loire, Dominique Derain ou Domaine Prieuré Roch en Bourgogne, Lapalu en Beaujolais, Gilles Berlioz en Savoie (déjà bu ici), Meylet en Bordelais (déjà bu ici mais je m’en souviens plus), Clos Fantine et Jean-Baptiste Senat en Languedoc Roussillon (déjà bu ici).

Prix tout à fait raisonnable pour ceux qui savent la difficulté de trouver certaines quilles.

Mais bon, j’y étais le midi et en mode découverte: « vous avez quoi comme vin au verre en blanc ? »:

Sancerre, Picpoul, un vin italien…. Assez limité pour un menu dégustation à 6 plats… C’est dommage. Mais bon, on part là-dessus.

IMG_4613

Bonite, concombre, oignons rouges en pickles et sauce au cassis

IMG_4626

C’est le nez qui m’a surpris, une forte odeur d’herbe humide, un vin épais avec de la matière en bouche mais bizarrement assez court.

IMG_4615

Crevettes, salicorne et sabayon aux oeufs fumés

IMG_4627

La révélation de ce déjeuner: un vrai vin nature sur sa structure mais pour un cépage picpoul au combien dévalorisé. Ici il retrouve de la grâce et une incroyable tension en bouche.

IMG_4621

Agneau de lait (Lozère), faisselle et courgettes

IMG_4628

Un vin 100% gamay mais d’Auvergne. On sent de suite la macération carbonique et le parcours en bouche est un feu d’artifice. Je n’ai pas trop aimé et cela malgré sa belle couleur sombre et son nez poivré.

 

http://www.septime-charonne.fr

Contact 01.43.67.38.29

Pour Booker c’est pas compliqué … enfin un petit peu quand même.

http://opidaqui.com

http://www.ladistesa.com/our-wines.html

Le vin rouge est celui de Vincent MARIE mais pas d’infos sur le net.