Un jus de pate de coing…

C’est pas fréquent de boire un vin blanc de 2006. Cela arrive parfois pour le vin rouge. La bonne surprise de cette bouteille vient d’un ami fou de vin. Deux mots pour résumer ce vin: oxydatif et finesse. On l’a testé sur du fromage de chez Julhes (prononcez « julies ») dont un brie à la truffe à tomber. Au nez le côté oxydatif est vraiment dominant en bouche, certains parfums me rappelle la pâte de coing que j’achète pour accompagner mes fromages à pâte dure.

Un régal.

« Depuis 2008, seuls les vins Pithon-Paillé sont signés par Jo Pithon et Joseph Paillé… » 

http://www.pithon-paille.com