Il y a un an j’avais eu la chance de faire l’évènement « Terroir de Corton ». Tous les vignerons faisaient déguster leur Corton (le rouge) et leur Corton Charlemagne (le blanc) sur le millésime 2012.

Lors de cette journée, je suis tombé sur les vins de chez Ravaut. A chaque gorgée, on sentait déjà toute la concentration de bonheur que son vin enfermait. Je me suis dit comme ce vin doit être magnifique au bout de 5 ans voire 10 ans… En partant j’ai dit à Vincent Ravaut (le fils) « j’adore vos vins et il faut que je vienne les déguster au domaine« .

DSC_0332

Dans la Cave du Domaine RAVAUT avec des verres à son nom.

Un an plus tard, j’ai tenu ma promesse. Nous arrivons au domaine (entre temps des amis m’ont fait confiance). C’est Pierre Ravaut (le père) qui nous reçoit. Les mots qui suivent son aimable « Bonjour » étaient: « visiblement vous savez qui je suis mais vous êtes qui vous ?« .  Aïe Pierre RAVAUT c’est la gueule de Lino Ventura et le sourire de Charles Bronson… pendant un instant j’ai cru qu’on allait être remerciés avant même d’avoir levé le coude.

Goûter des vins au domaine est une véritable expérience pour moi qui suis habitué à discuter avec des cavistes, des sommeliers ou mes amis. Là, celui qui fait les vins est devant vous. Il vous tend le fruit d’un an de travail.

En arrivant dans sa cave, c’est en silence qu’on a commencé sentir et goûter ses appellations « village » en rouge.  Il faut aussi un petit temps pour que l’on s’apprivoise tous. Mais, lorsque nous sommes arrivés sur ses Ladoix, la parole, bien qu’hésitante s’est libérée. On est resté au moins 3 heures dans cette cave en compagnie de Pierre RAVAUT. Il était accueillant, pédagogue, passionnant.

Attention, les vins bus aussi jeune (2012 et 2013) en Bourgogne sont encore fermés, vert, serrés….Il faut arriver à se dire que ce que l’on boit n’est que le « Making Off« . Qu’il faudra attendre encore quelques années pour avoir « le film en version longue » de chaque vin.

Et pourtant malgré cela, j’ai eu quelques magnifiques émotions. Voici mon ressenti sur les vins dégustés en millésime 2013 et 2012.

DSC_0316

Pierre RAVAUT en train de nous expliquer avec les poings fermés que son vin est encore « serré » ou « concentré » sur le millésime 2013

DSC_0313

Le logo du domaine est simple mais cache une signification importante: à gauche la côte de Beaune (4pieds) et à droite la côte de nuits (3 pieds). Car, la Côte de nuits est plus petite que la Côte de Beaune.

 

 

Ladoix 2013

Assemblage de plusieurs parcelles car peu de terres pour faire une bouteille par parcelle. C’est bien mais seulement si l’on peut pas tester le reste.

Ladoix 1er cru « Bois Roussot » 2013

Vraiment le plus accessible jeune et à tester dans les 1er une fois vieux.

Ladoix 1er cru « La Corvée » 2013

Plus dur, plus fermé mais avec un concentré de puissance en bouche qui laisse penser qu’il a tout ce qu’il faut.

Ladoix «Les Carrières » 2012

Il m’a fait penser au Ladoix 1er cru « Bois Roussot » car il est plus tendre, plus accessible. Alors qu’il n’a qu’1 an de mise en bouteille.

Ladoix 1er cru « Les Basses Mourrottes » 2012

Là je dois reconnaître qu’il y a vraiment le côté « Rock and Roll » avec une habile présence d’alcool et des tannins. Il a la tendresse des « Carrières » mais, en plus dur, plus ferme. Un peu moins gentil. J’aime beaucoup mais c’est un vin de connaisseurs.

Corton Hautes Mourrottes Grand Cru 2012

On sent la puissance en bouche évidente. Pour l’instant les tannins sont trops présents pour avoir un avis.

Corton Bressandes Grand Cru 2012

Ce qui me choque le plus avec ce vin, c’est le côté « plein » et long alors qu’il n’a qu’1 an de mise en bouteille. Vraiment un ton au-dessus et si vous pouvez le garder 10 ans il ne faut pas hésiter. A défaut, le boire maintenant n’est pas un pêcher car toute sa puissance s’exprime mais, avec le frein sérré.

http://www.domaine-ravaut.fr