Ok c’est sympa, mais prévoyez une autre bouteille quand même.

Alors bien sûr il fallait une occasion spéciale pour ouvrir une bouteille comme celle-là. Ce fut le cas, faites-moi confiance. Mais, cette quille a révélé bien des surprises.

Tout d’abord, les repères traditionnels des vins de Bordeaux ont disparus. Ce vin n’a pas la structure classique des jeunes vins de bordeaux avec leur côté fort en en amertume et qui occupe tout le palais. Ici, malgré sa prestigieuse étiquette, ce (vieux) Pomerol se fait plus discret. Au nez, on ne sent presque plus l’alcool et ce qui remonte en tournant le verre c’est un parfum pour femme oublié dans un grenier. Ensuite, au goût la discrétion étonne mais, le mot qui résume tout c’est: confiture de coing: acide, concentré mais avec une touche finale assez âpre. Je l’avais ouvert à 17h pour un diner à 20h. Vers 21h, il avait retrouvé un peu de nervosité mais, j’avais déjà ouvert une autre bouteille.

Risotto safrané aux crevettes

http://www.lafite.com/fr/les-chateaux/chateau-levangile/les-vins/chateau-levangile/