Apéro au RDC dans les cuisines où le chef Guillaume Iskandar officie

L’agence qui représente les vins de l’AOC Saint-Joseph m’a invité à déguster les millésimes 2012 et 2013 @ GARANCE le restaurant rue Saint Dominique. Je n’ai pas encore le protocole de ce genre de rendez-vous. Est-ce qu’il faut arriver en avance ou bien pile à l’heure ? Est-ce qu’il faut apporter un stylo et un carnet de note ? Est-ce que je dois réviser les fondamentaux de l’AOC avant de pouvoir approcher une bouteille ouverte à la dégustation ? Il faut dire que certains des vignerons étaient présents.

Je suis arrivé presque à l’heure. Nous étions une vingtaine de « journalistes » (des hommes, des femmes, des bloggeurs, des spécialistes du vin). Il y avait ceux venus sans stylo ni papier (les plus jeunes) et ceux avec leurs carnets prêt à noter (les habitués ?). Après avoir écrasé 3 pieds différents pour arriver au bar, j’ai pu commencer ma dégustation.

Introduction:

  • L’AOC Saint Joseph est extrêmement étendue (50 km le long de la rive droite du Rhône). Les vignes du nord (climat continental) ne subissent pas les mêmes influences que celles du sud (climat méditerranéen).
  • Monocépage en rouge (LA Syrah) et 2 cépages en blanc (Marsanne et Roussanne)

Ce soir là, il y avait beaucoup de vins à déguster, je n’ai pas pu tout tester mais j’ai mes préférences.

Les Saint Joseph Blancs

Je me souviens de mon 1er verre de « Saint Jo » blanc ? c’était il y 5 ans dans un restaurant étoilé (Sanderens). L’entrée proposée était accompagnée d’un verre de Saint Joseph. Et pour moi, à l’époque, le Saint-Joseph c’était forcément du rouge. Ma surprise fut totale: je ne me souviens plus du plat, mais la particularité du Saint Joseph blanc m’avait marqué avec une amertume en bouche… assez repoussante. Le Saint Joseph blanc n’est pas un vin blanc gentil. Il peut provoquer de belles grimaces sur le visage de vos invités.

Verdict:

La Ferme des Sept Lunes 2013 Saint Joseph blanc. Anti-conformiste, hors normes de l’AOC. Si on n’aime pas, on le sait très vite!
Aurélien Chataingner Saint Joseph blanc 2013. Coup de coeur. Le parfait équilibre entre modernité et tradition.
Il est dans son terroir mais sans être traditionnel.
WP_20141119_21_01_53_Pro
Laurent COURBIS Saint Joseph blanc 2013. Plus classique, mais j’ai beaucoup aimé.

WP_20141119_20_53_25_Pro
E.Guigal Saint Joseph blanc 2012. Vraiment pas bon. Fort en alcool déséquilibré… Bof !!! A moins que la bouteille soit bouchonnée ?

Les Saint Joseph rouges

Bizarrement, je suis toujours en train de comparer le Saint Joseph avec le Crozes Hermitage. Je serai incapable de faire la différence. Il y a de nombreux points communs (cépages, étendue de l’AOC, influences continentales et méditeranéennes…) mais, il y a aussi des différences (Rive droite/Rive gauche, l’Appellation Saint-Joseph est un peu plus au nord….).

Les 1er essais étaient: un Saint Jo de chez Cuilleron (ici) puis un de chez Gaillard (ici). Autant dire que je commençais avec des bonnes bases.

A la différence du blanc, je trouve que le Saint Joseph rouge est un vin facile à boire. La seule limite réside dans sa forte identité: c’est un vin avec de la de matière, du corps, de la puissance qui peut lui donner un côté rugueux. C’est ce qui fait son charme… Mais, avec certains plats, il prend le dessus et risque de masquer la finesse d’une viande ou d’un poisson.

En revanche, pour notre dîner le menu était parfaitement adapté.

IMG_2960
Canard du Challans et jus de bière (aromatisé à la cerise) magique!!!
C’est encore mon anniversaire on dirait!!

Ma préférence va pour le Saint Joseph « l’Olivaie » de chez COURSODON. Non pas que les autres vins étaient sans saveur (loin de là), mais quand on a l’opportunité de déguster autant de vins de la même appellation dans des conditions aussi incroyables, ce n’est qu’une question de style et d’émotions ressenties. J’ai adoré l’équilibre que « l’Olivaie » arrivait à mettre en place. Certains vins étaient (trop) classiques dans leur parcours en bouche, d’autres étaient trop fort à mon goût. Le Saint Jo de COURSODON avait un parcours classique avec une pointe de modernité.

Si comme moi vous aimez le COURSODON, c’est qu’il est fort probable que votre préférence aille sur les Saint Joseph du sud (climat méditerranéen) plutôt que ceux du nord (climat continental). Quelle est la différence ? les vents. Avec des précipitations assez fréquentes dans la région, le rôle du vent est important à comprendre.

Au nord de l’appellation (climat continental) les grappes peuvent être exposées à des températures plus froides et à la « Bise »: un vent froid et sec. Ce vent du nord est un allié du vigneron s’il souffle après la pluie car il assèche les raisins et empêche le développement de maladies. Au contraire, au sud (climat méditerranéen), les grappes sont exposées à un vent chaud et humide. Ce vent accélère la maturité des raisins. (source: Benoît France: Grand Atlas des vignobles de France). Ensuite, j’ai trouvé que les Saint Joseph du nord étaient plus fort en alcool que ceux du sud avec un côté amer (comme manger une salade de roquettes nature) pas toujours agréable.

Où se trouve la frontière entre le sud et le nord de l’appellation ? Je ne sais pas je pense qu’elle n’existe que dans la tête. Simplement, si vous êtes devant une bouteille de Saint Joseph rouge posez-vous la question: Il est du nord ou sud de l’AOC ? Cela vous donnera une 1ère indication.

La logique voudrait que maintenant je me tourne vers l’appellation Cornas… A suivre !!!!

Dans son terroir et moderne

Dans son terroir et moderne

Mon avis (rapide) sur les autres vins dégustés

 

Site web du restaurant.

www.garance-saintdominique.fr