Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Le contexte:

1.On réuni des amis et on leur demande d’apporter une bouteille de Bordeaux de l’année 2007. Pour le reste le hasard fait son travail.

2. On cache les bouteilles avec du papier blanc et du scotch selon une méthode très particulière: d’abord une personne va entourer les bouteilles avec du papier et du scotch, ensuite, une autre personne va inscrire les numéros sur les bouteilles…… comme ça pas (trop) de triche….

3. On déguste un verre de chaque bouteille. Résultats: c’est fou comme de déguster les vins à l’aveugle libère la parole….

Ici je ne vais pas décrire tous les commentaires des amis, mais simplement vous raconter ce que j’ai ressenti en dégustant dans la même soirée tous ces pinards…..

Si vous voulez avoir des infos sur l’année 2007 ce lien est assez précis mais pour résumer c’est assez inégal (plus d’infos ici).

Château La Croix des Templiers 2007 « Pomerol »

Superbe nez à la fois puissant, nerveux, boisé. Au goût cela se confirme, un vin de caractère avec une belle longueur en bouche tout en restant soyeux. Un vin facile à boire.

Peu d’infos sur le vin en direct mais pas mal de journalistes en parlent.

Chateau Teynac « Saint Julien » 2007 de chez PAIRAULT

Au nez on sent pas grand chose…..Au goût, c’est vraiment nerveux et puissant. On sent une bonne maîtrise dans la progression du parcours en bouche, le vin reste droit puissant et nerveux. Ce sera la révélation de cette dégustation.

Peu d’infos sur le vin en direct mais pas mal de journalistes en parlent.

La Fleur de Haut-Bages Libéral 2007 « Pauillac »

Superbe nez mais qui ne reste pas. Au goût, c’est la même chose, c’est un peu court en bouche avec une touche finale agréable sans amertumes. C’est pas mal mais c’est pas exceptionnel du tout. On s’ennuie un peu.

http://www.hautbagesliberal.com/

Fiche Technique:

http://www.hautbagesliberal.com/fiches/2007-FR.pdf

Verdict: Le Saint Julien sort du lot sans hésiter. Avec tous ces vins un peu confortables et soyeux le Saint Julien garde une belle nervosité combinée à une parfaite maîtrise de son parcours en bouche. Belle découverte.

Pour le Saint Estèphe pas d’avis…