Albert Morot Beaune 1er cru 2007 (Blanc)

C’est bon d’avoir des amis qui aime vous faire des suprises. J’ai decouvert ce vin à l’aveugle. Un samedi dans la campagne normande après une petite promenade autour de la maison de mes hôtes. On me sert à l’heure de l’apéritif un verre de vin blanc. Couleur assez claire à l’odeur (oups pardon au « nez ») je ne ressens rien de significatif. Au gout je sens rien qui puisse m’aiguiller, mais un parcours en bouche……

incroyable tout en finesse et en discretion: un vrai régal.

Alors je me risque sur un avis: pour moi il s’agit d’un cépage Chenin et donc d’un vin de Loire: cette finesse cette absence de goût un peu beurré représentatif des vins blancs de Bourgogne, le fait qu’il soit court en bouche avec une belle acidité… Bref, j’avais tout faux. Et bien c’est pas grave et j’ai adoré cette découverte.

Je venais de déguster mon 1er Albert Morot, un vigneron qui a beaucoup de parcelles en Beaune 1er cru (plus d’infos sur les vins de monsieur Morot cliquez ici). Pour les plus précis et exigeants d’entre vous je m’excuse pour la photo qui n’est pas celle du Beaune Blanc 1er cru « les aigrots » mais celle d’un de ces rouges en Beaune 1er cru que j’ai dégusté ce soir là et que sans transition je vous raconte 🙂

 

Albert Morot Beaune 1er cru 2007 (Rouge)

Verdict: au nez et à la couleur (rouge clair comme un jus de raisin dilué), j’ai retrouvé la typicite de la bourgogne et du Pinot noir. Mais trés rapidement au goût, je l’ai trouvé plus difficile d’acces, un peu fermé un peu plus brutal (il faut dire que son vin blanc était tellement fin!) Fallait-il le carafer ? Peut être… il faudra que je goute ses autres vins rouges pour me faire un avis.

Dejabu avec:
Dorade aux legumes (au top avec la sauce au lait de coco)