La maîtrise…Enfermée dans une bouteille et qui ne demande qu’à s’ouvrir.

Toutes les excuses sont bonnes pour boire un Daumas Gassac,d’abord parce que ceux qui ont adoré « Mondovino » sont amoureux du vigneron (Aimé Guibert), ensuite parce que pour pouvoir déguster au restaurant un vin de 1998 du domaine sans débourser au moins 250 euros c’est plutôt rare…(ici on  était pas sur ces tarifs là), enfin parce que j’avais eu l’occasion de déguster un en 2008 à NYC (dejabu ici) et un 1998 avec mon père, il y a au moins 5 ans. Bref, voici déjà une liste d’excuses qui font que lorsque je l’ai vu à la carte je n’ai pas hésité une seconde…..

Verdict: La patience est la meilleure conseillère des vins du sud. Avec le temps, le vin devient plus docile, plus doux. C’est le cas ici, le nez commence à sentir le vin vieux, mais au goût c’est un savant mélange de puissance et de finesse. D’une part, très fin très soyeux..d’autre part, on sent la force et la maîtrise….. Superbe.

Déjàbu avec:

Filet de boeuf de l’Aubrac et légumes…

http://www.auberge-du-cedre.com/fr/hotel-restaurant-a-vin-pic-saint-loup-languedoc/accueil-hotel.php

http://www.daumas-gassac.com/