Une légerté structurée…

Comment vous expliquez cela en peu de mots.

Disons que j’ai la prétention d’avoir dégusté quelques Meursault depuis que je tiens ce blog. Une chose les unis tous: le côté « beurré » du vin.

Ce petit dépôt gras et doux qui se pose sur votre palais et accompagne la dégustation du vin. C’est d’ailleurs, je pensais une signature du Meursault. Et bien ce n’est pas si simple, avec ce vin en Meursault 1er cru Blagny, j’ai découvert une autre facette de cette appellation: la légèreté structurée. 

D’abord, le vin nous a été servi carafé ce qui n’est pas si fréquent pour un vin blanc. Ensuite, une fois dans le verre, il avait bien la couleur « or » à laquelle on pouvait s’attendre mais un peu trouble des vins « natures » ou qui tendent vers le vin nature. Au nez, rien à dire c’est bon généreux comme je l’imaginais.

C’est sur le parcours en bouche que ce vin fait la différence. Beaucoup plus aérien, plus simple dans son expression et le côté « beurre » à disparu. A la place, il y a une finesse et une longueur en bouche très agréable car moins écoeurante. Voilà ce que j’ai ressenti.

L’émotion était là comme vous pouvez le constater.

Bravo Messieurs.

http://www.sarnin-berrux.com/index.html

Déjabu avec des plats mais surtout avec un bon ami :):

Foie gras poellé

Filet de poularde au top du top bravo au chef

 

Qui a dit que le vin blanc ne pouvait pas aller avec tout ?