La complexité n’est pas dans l’ouverture de la bouteille….

Comment ouvrir un Morgon ? La fermeture par de la cire est très typique des vins de cette AOC mais, j’ai enfin la technique. Il suffit de planter son tire-bouchon directement dans la bouteille sans essayer de préparer son arrivée ensuite, on fait comme s’il n’y avait pas de cire pour protéger la bouteille et hop… on est prêt à déguster…. Un peu de cire tombe dans la bouteille mais c’est pas grave…. Si vous choisissez ce vin au restaurant donnez ce conseil au serveur ça lui sera utile…. 

Il s’agit de la cuvée « phare » de Jean Foillard et j’avoue qu’il me tardait vraiment de la goûter après avoir essayé ses autres cuvées (Morgon, Morgon Côte de Py dejabu ici et ). En plus, il s’agit du millésime 2007 connu pour être une grande année en Morgon.

Verdict:
Couleur un peu trouble. Odeur de vin vieux, très poivrée, le nez me pique un peu. Au goût le vin est droit, peu tannique, il ne s’étale pas sur le palais, il part comme une fusée direction la gorge (sans toucher les bords). Et hop ! c’est là qu’il ouvre son parachute pour une descente bien maîtrisée…

C’est très bon mais….. je trouve que ce vin est trop différent des autres Morgon déjà bus et du coup, il ne s’adresse pas aux mêmes moments, aux mêmes envies. A mon sens, c’est un vin pour ceux qui boivent souvent du Morgon. Ceux-là auront l’impression de découvrir une autre facette de ce terroir, de ce cépage, de ce vigneron.

Déjàbu avec ?

Magret de canard et purée maison (au top).

Côte de veau poilée de légumes (au top aussi).