Nobu c’est d’abord un cadre exceptionnel, en arrivant dans cet endroit, j’ai eu le sentiment de ne pas être en Afrique du sud. Ce restaurant est à la fois hors du temps et inscrit dans une sorte de mondialisation heureuse. En principe tous les NOBU se ressemblent sauf celui de Cape Town qui a dû faire l’objet d’un aménagement spécifique en raison de l’emplacement.

Les chef « sushi » sont tous des chefs « sushi » japonais (avec des salaires de fous furieux et des conditions de travail exceptionnelles: expatriation, écoles pour les enfants, logement, voiture de fonction, horaires souples…. mais bon c’est toute la crédibilité de NOBU). Le Manager est français (et c’est un ami: YORAM), les serveurs viennent de tous les pays et principalement d’Afrique noire et donc ils parlent français.

Faisons, un petit détour: la situation de l’emploi en Afrique du Sud est très particulière: depuis la fin de l’apartheid, ce pays est un eldorado pour tous les africains (espoir de travail dans un pays plus développé notamment). De plus, le droit social permet à toute nouvelle société de faire travailler pendant 2 ans les étrangers. Au bout de 24 mois, toute société sud africaine doit faire travailler exclusivement des nationaux. Durant mon séjour j’ai pu (un peu) discuter avec quelques personnes immigrantes dans cette situation (des gardiens, des placiers, des serveurs etc…) et ils venaient de tous les coins de l’Afrique noire, ils n’avaient pas vu leur famille depuis 2 voire 4 ans, 40% de leur salaire était envoyé pour leur famille restée dans leur pays d’origine (par le biais de WESTERN UNION qui se prend une commission de ouf! au passage) et surtout ils vivaient dans les township aux côtés des sud-africain. Enfin, du fait de la législation, ils vont de travail en travail sans jamais pouvoir s’installer et faire venir leur famille…. (Il faut environ 10 ans sur le territoire pour demander la nationalité sud-africaine). Mais, ce que me disait un chef d’entreprise là-bas c’est que les non-résidents sont 2 fois plus motivés que les sud-africain noir. Pour lui, la génération noire qui a subi l’apartheid n’est pas du tout dans l’énergie de ce pays, elle ère dans des réflexes d’un autre temps…..

Alors, le vin @ Nobu Cape Town  ? 

Comme je connaissais le patron, j’ai eu un petit traitement de faveur sur le vin… un verre de vin (6cl) par plat et comme c’est des petites portions… et qu’il y avait beaucoup de plats…… bref….

1. Rustenberg Chardonnay 2009

On retrouve notre ami le Rustenberg (déjà bu ici). Des le départ, on sent que ce vin est puissant et un ton au dessus. Puissance, longueur en bouche, un goût un peu de beurre qui reste sur le palais… Au gout il me fait penser au Chassagne montrachet 2007 (dejabu ici) on sent bien que le vin est passé par des fûts de chêne pour lui donner ce côté « vanille ».

Déjà bu avec: chips (snif!)

2.Spice Route viogner

Ce fût l’un des 1er vins goûtés en arrivant à Cape Town (dejabu ici), mais il ne s’agissait pas du même cépage. Alors, avec un plat un peu sucrée faut-il un vin lui aussi sucrée ou bien faut-il un vin à l’opposé? J’ai choisi la 2eme option avec ce vin. Le viognier est un cépage que l’on retrouve dans de nombreux vins français.J’ai senti comme si ce vin était une vraie bouée de sauvetage qui extirpait mon palais de tout le sucré de mon plat.

3.Sequillo

http://www.sequillo.com

Avez-vous déjà eu peur avant de goûter un vin?

Pour la 1ère fois cela m’est arrivé avec ce vin au regard de tous les cépages qui sont mélangés dedans (Syrah, Grenache, Carignan, Mourvèdre, Cinsault). Il s’agit d’une nouvelle génération de vigneron qui essaye des mélanges impossibles et pourtant….En bouche ce vin est un peu perdu comme mon GPS qui calcule le chemin à parcourir avant de me proposer le chemin le plus court. (fiche technique du vin http://media.withtank.com/4ddd6b1c93.pdf)

Déjà bu avec: ce qui s’appelle le flagship Fish of Nobu: Black Cod un morceau de cabillaud noir un poisson péché en Alaska et que l’on retrouve dans tous les NoBu.

4. Whole Berry: Shiraz + Cabernet Sauvignon

Une nouvelle étape dans le goût. Je découvre que les vins forts en alcool comme celui ci sont finalement très bien adaptés à des plats épicés. Chose assez rare pour le souligner, en effet, le côté piquant de la sauce se mélange parfaitement avec la puissance de ce vin dès qu’on le goutte.

http://www.springfieldestate.com/wine_berry.htm

Déjàbu avec: de l’agneau a la plancha un peu piquant.

4.Klein Constantia Cuvée Constance 2005.

Ce vin est très ancien. Il parait que Napoleoen aurait demandé lors de son séjour à St Hélène ( ou Elbe ?)

Au goût c’est très bien fait et très facile a marier avec du chocolat.
Le vin possède tous les attraits du Sauternes français des notes de miel de citrons confits etc…. Très bon et très facile à marier en dessert.

http://www.noburestaurants.com/cape-town/experience/introduction/