Le père possède encore un peu d’avance !

Le top lorsqu’on goûte un vin c’est de pouvoir comparer avec un autre. Là l’occasion était trop belle pour ne pas la tenter (merci à Bruno et Valérie de la cave des Rochers à Angoulême). J’ai donc attendu d’avoir goûté les deux vins pour rédiger mes commentaires. C’est quand même incroyable d’avoir la possibilité de comparer un vin fait par le père et celui fait par le fils (même AOC et même année).

Verdict: une faible odeur dans le verre mais la couleur est plus sombre (cépage 100% syrah quand tu nous tiens…), au goût c’est frais mais c’est d’entrée dense et puissant avec une parfaite maîtrise de l’arrivée de l’alcool. Je note une belle acidité sur la fin (plutôt rare).

Alors sur le duel père/fils ? (voir le post précédent sur le Crozes Hermitage fait par Maxime Graillot), je pense que le vin du père est quand même plus abouti pour l’année 2008. On est de suite emporté par sa délicatesse et sa puissance maîtrisée. Le vin du fils reste plus aérien avec une véritable explosion en bouche même si plus court. Mais, les deux vins conservent une finesse remarquable.

Plats choisis:

Gambas au curry et riz au lait de coco (parfait !)