La puissance maîtrisée de l’acidité d’un Chablis

Il est vrai que d’habitude, boire du Chablis ne m’emballe pas car c’est un vin tellement connu que comme pour le Rosé, tout le monde possède SON CHABLIS et considère qu’il n’y a rien au dessus. Bref, le Chablis c’est pas mon truc ! Enfin, je devrai dire le Chablis c’était pas mon truc car la découverte de ce 1er cru 2008 m’a ouvert la voie (merci Gaël.C……TATUMI..!).

Ce vin a été ouvert 30 minutes avant de le goûter et comme l’ami qui me recevait connaissait bien ce vin, il m’a conseillé de le boire par petites gorgées afin de le laisser s’ouvrir et se réchauffer. Et il avait raison, l’odeur s’est ouverte petit à petit et m’a donné à sentir une odeur nouvelle pour moi sur un vin blanc: une odeur d’anis. Mais, surtout, je me souviens d’une odeur tendue pointue sur le haut du nez.

Ce qui est encore plus agréable c’est qu’en bouche le vin n’a fait que confirmer  sa droiture. En plus d’être un vin ayant une incroyable acidité c’est un vin tendu en bouche et malgré toute cette concentration et cette intensité sur le palais, la touche finale se fait en douceur sans amertumes. Il reste juste un agréable petit goût sur le palais…. Whaoo !! J’ai l’impression que ce vigneron réalise le grand écart impossible dans le vin entre acidité intense et presque pas d’amertumes….. Moi aussi maintenant je possède mon Chablis de référence (Merci Jonathan !)

Site du Vigneron (ici).

Plats choisis:

Tapas, nachos, rouleaux de printemps livrés à domicile (je suis à NYC quand même!)