La cohérence, la richesse aromatique, un vrai voyage dans l’intensité du goût

Ce n’est pas tous les jours que l’on a ce genre de bouteille sur la table.

Et je l’avoue pour ma part ce vin est tout un symbole. D’abord 1995 est une année superbe (personnellement). Ensuite, j’ai eu le privilège de faire une petite partie de mes études à Talence là où ce vin est produit et le week-end, en rentrant sur le bassin d’Arcachon en train, je pouvais apercevoir le Chateau Haut-Brion.

Enfin, comme je suis un vrai fan des vins de l’appellation Pessac-Leognan, j’espérai depuis longtemps pouvoir un jour, boire un vin issu du terroir de ce grand cru classé. Bon…..faut voir les prix aussi… du coup, il s’agit ici que d’un des vins du domaine Haut-Brion.

Si l’on suit le livre de cave de ce vin (disponible sur le site internet du château), on peut lire que cette année 1995, l’hiver fût clément et le printemps chaud et sec. Un été chaud en température mais avec quelques pluies cependant. Le mois de septembre en revanche fut pluvieux. Mais, néanmoins la récolte fut bonne puisque les raisins récoltés étaient parfaitement mûrs.

Je dois l’avouer bien que j’ai ouvert ce vin, 2h30 avant, au nez, il n’avait pas un superbe bouquet, on peut presque dire qu’il ne sentait pas. La couleur était celle d’un Bordeaux classique un peu vieux. La vraie différence est dans le goût. Ce vin n’a pas d’amertume pendant tout son parcours en bouche et les alcools n’apparaisent qu’à la toute fin une fois que le vin arrive sur la gorge. Donc un « vin droit dans ces bottes ». Une fois la 1ère gorgée avalée, Il persiste une chaleur intense qui s’installe au fond de la gorge et qui dure.

A déguster lentement très lentement

Plats choisis:

Filet de boeuf riz et légumes vapeurs