On peut dire que le Saint Joseph est un vin facile à boire. Ce n’est pas l’insulter, il dispose de toutes les caractéristiques d’un vin d’accompagnement. Un peu comme s’il on pouvait oublier ce que l’on boit on sait que ce sera bon et que ça plaira à tout le monde (composition est faite essentiellement du cépage Syrah).

Parmi les Saint Joseph déjà bus, celui que je préfère est celui de Yves Cuilleron. Je ne suis pas un expert, vous l’aurez compris, mais j’ai aimé dans ce vin l’équilibre en bouche; jamais l’alcool prend le dessus sur les tannins, jamais l’avant bouche ne supporte plus que la gorge. Un peu comme une musique où tous les instruments jouent en accord. Et surtout c’est un vin qui ne prend pas le dessus sur le plat. Comme il est bon, on peut l’oublier.

Ce soir là j’avais fait des spaghetti carbonarra (avec un mélange crème fraîche/moutarde/parmesan pour la sauce). Trouver un vin qui me laisse autant de souvenirs ensuite, c’est qu’il était parfaitement adapté au moment partagé.

Plats choisis:

Spaghetti Carbonarra