Bon acceuil chez LOVIN, un caviste du centre de Paris.

Avec un verre de vin que le caviste m’avait gentiment offert en guise d’acceuil (un petit cépage carignan dont le nom m’échappe),  je me pose les questions essentielles avant d’aller prendre l’apéro: Où je suis invité ce soir ? Suis-je le seul à apporter du jaja ?

Face à moi, il y avait un vin que j’avais déjà bu et qui m’avait laissé un bon souvenir. Le Croze Hermitage de M. COMBIER. Je l’ai pris, et bien, une fois arrivé chez mes amis quel ne fût pas ma surprise de voir qu’à l’ouverture le vin pétillait….. J’étais d’abord surpris par cette découverte désagréable et ensuite je me suis mis à réfléchir d’où pouvait venir ce phénomène ? S’agissait-il de vigneron ? Du caviste ? Que s’était-il passé ?

La réponse ne m’est apparu que le lendemain.

En fait, une fois la bouteille achetée chez LOVIN, je me suis rendu A VELIB chez mes amis pour l’apéro.

Or, le VELIB dispose d’un petit panier à l’avant afin d’y poser ses courses. Or, ma balade à vélo avec le vin de M. COMBIER dans le panier a eu pour conséquence de le secouer au moins pendant  1/2 heure. Le résultat fut terrible: des micros bulles sur le palais et donc un vin imbuvable.

La prochaine fois, je me rendrai chez mes amis en métro.